Actu, Hot News, Ici c'est Paris, Report Sport, Run, Sport

Ecotrail Paris : 80km dantesques!

18 mars 2018

La 11ème édition de l’Ecotrail Paris restera graver à jamais dans les mémoires puisque les conditions météorologiques ont musclé l’affaire. Au programme : boue, froid et la neige – des conditions périlleuses qui ont engendré un nombre de chutes conséquent sur la totalité du parcours.

9h30 sous la Tour Eiffel, la pluie a fait son grand retour. Il est temps de se rendre sur le départ du trail de 80 kilomètres situé à la Base de Loisirs de Saint-Quentin-En-Yvelines. Paris sous la pluie mais le 78 au sec. Coup de chance pour le départ de course. Accueillis en fanfare, les coureurs arrivent en masse sur la base pour se préparer. Sur place, deux camions les attendent pour stocker sacs en tout genre qu’ils retrouveront à l’arrivée, un ravitaillement afin de prendre les dernières forces avant le grand bain. Se mélangent novices en la matière, amateurs en tout genre et élites ultra attendus comme par exemple le duo Emmanuel Gault et Sylvaine Cussot, nos chouchous. L’ambiance est bon enfant, certains se mettent la pression pour faire un meilleur score que l’an passé à l’instar d’Alexandre  alias Casquette Verte, qui sur Instagram démontrant son stress face cam (et qui finalement finira 14ème au scratch). Devant les 2572 trailers à s’élancer sur les 80km de  l’ecotrail se trouve la joelette Dunes d’espoir, association ayant pour but de faire découvrir la passion du sport à des handicapés. L’esprit est festif, mais va t’il le rester face à la dureté de l’épreuve ?

Sous l’arche, en rang d’oignons, les trailers attendent le coup d’envoi donné à 12h15 tapantes – les mythiques 80km sont officiellement lancés. Ils ont quasi 10km avant de sortir de la Base de Loisirs de Saint-Quentin. Déjà quelques prémices de boue, de quoi leurs montrer ce qui les attend sur le circuit. Encore là, ce n’est rien par rapport à la forêt de Meudon. Etant frais comme des gardons, ils osent des saut de biche pour éviter les grosses flaques – dans 20km, ça ne sera pas la même danse…Les premiers sont lancés tels des « rocket men ». Les 200 premiers se suivent de près, après suivra le gros de la masse. Dès le kilomètre 10, l’allure et la cadence de Claire Bannwarth interpelle. De son côté, Sylvaine Cussot est partie à une allure plus modérée qu’à son habitude, peut-être une manière de garder plus d’énergie pour la suite du circuit.

Buc est le première ravitaillement, après 22 kilomètres de course. Il est le bienvenu pour certains, faire le plein des gourdes, manger quelques fruits secs afin de reprendre de l’énergie. Avec son dossier 865, Claire Bannwarth prend de l’avance sur le dossard 10 de Cussot, grâce à sa petite foulée ultra rythmée. De son côté Gaëlle Decorse évolue à son rythme, s’économise – elle attaquera un peu plus tard.

Après Buc, les ennuis commencent. La neige débarque par gros flocons, le froid s’intensifie. Les chemins sont de plus en plus glissants. La forêt est le théâtre de belles chutes à l’arrivée à Vélizy. Devant quelques spectateurs qui ont bravé les éléments, les coureurs arrivent au compte goutte. Les 2572 trailers sont étendus sur près de 10 kilomètres. Finis les effets de masse. Certains arrivent par 5 mais c’est au maximum. La tête de course s’inquiète des chronos. La météo est loin d’être clémente car la neige tient, on passe à zéro en terme de température. Les mains commencent à se frigorifier, il est dur de se nourrir, d’ouvrir les bidons, les barres et gels.

« J’ai froid, les mains tétanisées, j’ai du mal à attraper mon bidon, je n’arrive pas à ouvrir mes barres, et je ne sens plus mes pieds. » Sylvaine Cussot

L’hécatombe, on la sent au ravitaillement de Chaville au kilomètre 57. Les élites souffrent beaucoup, claquent des dents pour certains. Il est temps de manger une bonne soupe, de voir les proches, de se changer ou se couvrir car la montée de la Tour Eiffel n’est pas pour tout de suite. Pour voir passer 20 coureurs, il faut attendre près de 40 minutes. Les 4 premiers se tiennent dans un mouchoir de poche – à 3 minutes. Les chemins sont impraticables, ça glisse à tout va. Les genoux prennent de nombreux coups. C’est à ce moment précis que le gainage est essentiel. Le mental est en berne. Beaucoup décident d’abandonner. La tente des secours ne désemplit pas par un nombre d’hypothermies conséquent. Les premières féminines pointent le bout de leur nez. Le duel entre Claire et Sylvaine est lancé – elles sont à moins d’une minute l’une de l’autre. De son côté Claire se rend au ravito pour manger du cake et manger une soupe et repart aussitôt pour la descente vers Chaville. Elle m’impressionne par son mental d’acier. Le mode warrior est enclenché chez Cussot qui part à l’assaut de Claire, à 23 kilomètres de l’arrivée. Quand les deux premières féminines partent Gaëlle Decorse arrive au ravitaillement. Elle a fait une remontée spectaculaire, elle peut encore plus titiller Claire et Sylvaine dans les prochains kilomètres si tout se passe bien.

Du côté des hommes, les deux Emmanuel (Meyssat & Gault) se livrent une véritable de bataille depuis le début de course. Qui arrivera le premier à la Tour Eiffel en vainqueur ? Après 6 heures 00 minute et 59 secondes, Meyssat gagne les 80 kilomètres, précédant de 4 minutes Gault. Didrick Hermansen complète le podium avec un chrono de 6 heures 15 minutes et 20 secondes. S’en suivent Andris Ronimoiss & Yoann Stuck pour clôturer le top 5!

Après le Parc de Saint Cloud où Cussot est toujours aux trousses de Bannwarth, les quais de Seine sont riches en rebondissements. Les deux féminines sont au contact. Cussot chute et  perd quelques secondes sur sa rivale du jour. Pourtant connaissant le chemin par coeur, Sylvaine suit instinctivement Claire qui traverse la Seine et dévie vers le jardin de l’ïle Seguin (il y avait de la rubalise). Comprenant l’erreur Cussot rappelle Bannwarth pour faire demi-tour, elles ne sont pas sur le bon chemin. Mais pendant ce temps, Decorse prend la tête de la course. Les derniers kilomètres sont fatals pour Claire qui ne suit pas Sylvaine sur la remontée. Elle qui a tenu la tête de course depuis le début succombe de fatigue. Sylvaine part donc seule contre Gaëlle Decorse. Le duo Decorse x Cussot s’engage dans les escaliers. Ereintée par la dureté de l’effort, Sylvaine laisse Gaëlle la devancer la montée de la Tour Eiffel. Les derniers mètres sont durs et fairplay, Gaëlle attend Sylvaine en haut des 347 marches pour rejoindre la ligne d’arrivée main dans la main. Une belle image et un esprit sport qui fait du bien dans cette société ultra-individualiste. Ensemble, elles bouclent les 80 kilomètres en 7 heures 34 minutes & 41 secondes. Quant à Claire Bannwarth, elle arrive moins de 2 minutes après pour boucler le trio féminin – un bel exemple de persévérance!

Concernant les autres courses :
Avec un départ depuis le Château de Versailles, le Trail 45 km idéal pour les marathoniens souhaitant se convertir au trail moyenne distance, 2ème plus longue épreuve de la journée, a réuni 1 832 inscrits cette année. 1. Bertrand GENCE (dossard n°4065 – 03H10’49), 2. Nicolas BOUVIER-GAZ (dossard n°5514 – 03H11’50), 3. Mikel BESORA SUSANA (dossard n°4023 – 03H14’56).
Le Trail 30 km s’est déroulé du côté de Meudon (92), au départ de la Terrasse de l’Observatoire, habituellement fermé au public. c’est 3 257 inscrits qui se sont élancés de l’avenue du Château, dès 10h00. 1. Romain ANGLADE (dossard n°8008– 01H58’16), 2. Marc LOZANO (dossard n°6497 – 01H58’19), 3. Romuald BRUN (dossard n°9097– 02H00’16)
En format 100% nature, 2 694 inscrits ont eu la possibilité de découvrir l’ambiance trail avec le Trail 18 km. 1. Pierre COSTINI (dossard n°13148– 01H06’44), 2. Anthony ROZALSKI (dossard n°12207 – 01H07’39), 3. Paul MATHOU (dossard n°11413 – 01H08’03).

paris.ecotrail.com

 

crédit photo (miniature) : ecotrail paris

 

L’Ecotrail® Paris, un événement éco-responsable

Le rendez-vous est pris dès ce soir et jusqu’au 18 mars, l’Ecotrail® Paris investit l’île de…

Et si on s’élançait sur l’Ecotrail de Paris ?

Du 15 au 18 mars, pour sa 11ème édition, l’EcoTrail® Paris investira l’Île de France pour…

1 Comment

  1. you could look here

    10 mai 2018 at 2 h 30 min

    I just want to say I’m new to blogging and actually loved this web site. Almost certainly I’m planning to bookmark your website . You surely have perfect articles and reviews. Bless you for revealing your website page.

Leave a Reply