Actu, Culture, Festival/Concert, Musique, Report Culture

Xtreme Fest 2018 : un festival punk / hardcore sur une base nautique albigeoise

11 août 2018

Avant de commencer concrètement ce report du Xtreme Fest, il faut que je vous dise quelque chose. IL A FAIT CHAUD PUTAIN IL A FAIT CHAUD PUTAIN J’AI CREVE DE CHAUD BORDEL ! Voilà maintenant on peut commencer.

Qu’est-ce que l’Xtreme Fest ?

Du 2 au 6 août 2018, j’ai pris la voiture depuis Toulouse pour 90 minutes afin de rejoindre la banlieue albigeoise en direction du Xtreme Fest 6ème édition prenant place sur la base nautique de Cap Découverte. Au programme du festival : 4 jours de punk et hardcore entre 2 scènes indoor et outdoor (en majorité).
Je dois dire que ça m’a changé pour une fois de venir en bagnole et non pas en train ou avion, donc j’ai un peu eu le sentiment d’avoir activé le cheat mode festivalier pour le coup.
L’Xtreme Fest est un festival à taille humaine : 1800 festivaliers chaque jour. Par contre ces 1800 festivaliers ont sacrément picolé malgré la canicule terrible : 3 000 litres de bière par jour selon un des organisateurs avec qui j’ai pu échanger sur place. Et ça c’était sans compter les consommations perso des festivaliers au camping ou sur le parking.

Organisé par l’association Pollux Asso, ce festival en est à sa 6ème édition et semble assez bien rodé sur son organisation désormais.
Dans les grandes lignes voilà à quoi ressemble une journée au festival :
Ouverture du Xtreme Fest à 16h00 où se situent les 2 scènes indoor et outdoor jusqu’à 2h du matin environ. Le reste du temps vous allez essayer de dormir sous une canicule terrible et surtout prendre un télésiège (oui vous avez bien lu) pour descendre au lac de la base nautique de Cap Découverte en vue de vous rafraichir. Vous pouvez aussi profiter chaque midi d’un concert dans une cage métalique sur le site de camping. Tout cela étant la théorie, je vais vous expliquer ce que moi concrètement j’ai fait sur le festival.

Interlude base nautique de Cap Découverte

Au bas du Xtreme Fest, se situe la base nautique de Cap Découverte avec plusieurs activités nautiques. En théorie je devais m’y tremper mais avec une canicule incroyable + le fait de devoir prendre un télésiège (coucou moi et mon vertige), les plans ont légèrement différé. Je suis donc descendu deux fois pour y profiter du restaurant de la base mais ne me suis au final pas baigné. Pourquoi me direz-vous ? Parce qu’il m’aurait fallu probablement 1h aller / retour entre camping et base de nautique (+ après retourner au festival) sous un soleil de plomb. Il n’empêche que beaucoup de punks ont profité des activités nautiques au milieu des visiteurs classiques.

Premier jour

Le premier jour j’ai cru que j’allais décéder avant même d’arriver sur le site du camping. Jeudi 2 août j’arrive vers 16h00 sur le site de festival. Hésitant sur le choix du parking, je ferais in fine un trèèèèèèèèèèèèèèès mauvais choix en me plaçant le plus loin possible du site du camping. Et autre belle connerie de ma part : l’embarquement de mon matériel de camping avec moi. Primo : choper le bracelet : je tourne dans tous les sens et comme le site est vachement pentu je décède à chaque montée et descente.

Après avoir fini par trouver celui-ci, trouver le camping : j’ai clairement rien pigé aux explications et me perds à nouveau. Je finis enfin par trouver la route du camping sans m’imaginer que celle-ci est en fait immense et et que le camping est ultra loin. Après 823 pauses au bord de la route, je finis par arriver au camping. A l’accueil de celui-ci, une bénévole voyant mon état général tente un « ça va ? » ayant reçu pour réponse « non ». Du coup après une rasade d’eau ça va mieux. Je finirais par m’installer du côté bénévole / orga en me plaçant clairement pas du bon côté (aka : j’ai pris le soleil plein la gueule au réveil le matin).

Après être enfin installé, je descends vers le site du festival (doit bien y avoir 15 minutes de marche) pour profiter de ce premier jour de concerts.
Quelques précisions sur ce premier jour : cette première soirée était en accès libre et gratuit. Ce qui a expliqué la présence de nombreux mineurs sur le site du festival ce soir-là.

Interlude camping

Le camping est situé loin du festival (et pourtant tout le monde me signalait que « mec c’est deux fois moins loin qu’avant ! »), ce qui a fortement impacté mes activités et mes plans de base pour le festival. Comme en plus j’étais venu seul en bagnole, j’avais prévu large niveau matos. Un élément très important à signaler cependant et extrêmement rare en festival : la présence de douches et toilettes en dur. Etant donné que le festival se situe sur une base nautique, les installations sont idéales et parfaitement adaptées. Sur ce point-là franchement j’ai rien à dire : c’est NI-CKEL.

Bien évidemment, sur le site du camping on retrouve aussi un point restauration au travers d’UN foodtruck qui a parfois sous-estimé l’appétit des festivaliers ainsi qu’un glacier . Mais aussi et surtout un bar. Avant ma venue au festival, des potes m’avaient dit « tu verras le festival est sponso 8.6 » eh bah effectivement toutes les bières servies étaient des 8.6 canettes ou pression et le logo de la marque était présent absolument partout. Ce sponsoring efficace m’aura tout de même fait changer d’avis sur la marque pour laquelle j’avais pas la meilleure des images. La blonde pression s’est avérée pas si mal au final.
Egalement présente sur le site du camping, une cage en métal pour accueillir des concerts en mode X cage. Celle-ci accueillait des shows chaque jour à 11h-12h00.
Enfin on pouvait aussi retrouver un barbier et une rampe de skate.

Concerts du jour 1

Liste ici

Après avoir décédé en montant la tente sous une chaleur terrible après 45 minutes de marche pour accéder au camping avec tout mon matos, j’ai enfin pu accéder au site du festival. Seule la scène outdoor était ouverte ce soir-là et entre chaque passage, le groupe Houba et ses tambours animait la fosse pour patienter durant l’installation des groupes.

Les Money Makers étaient probablement les plus grands ovnis de ce festoche punk hardcore en proposant une musique blues mais qui a cependant ravi l’ensemble de la fosse y compris l’auteur de ces lignes.

On a aussi pu profiter de l’irish trad punk irlandais des Booze Brothers. Je pense que c’est le premier ou un des premiers concerts que j’ai eu faits dans ma vie à l’époque dans la salle des fêtes de mon village. Souvenirs souvenirs.

Enfin la soirée était clôturée par les Nashville Pussy.

Interlude partenaires

Pour ce festival, plusieurs marques m’ont accompagnées, plus ou moins sans le savoir. Dans un premier temps, y a eu la marque de smartphones Xiaomi. A la suite de mon press trip à Madrid quelques jours auparavant, je me suis vu confier un portable pour quelques jours (et ça tombait pile pendant le Xtreme Fest) : le Xiaomi Mi A2. La quasi totalité des photos et vidéos que vous voyez ont été réalisées avec ce mobile.
J’ai toujours voulu faire cela : partir en festival pour une marque de smartphones. Donc Huawei, Honor, LG, Samsung, Sony… si vous me lisez et que vous souhaitez m’accompagner l’an prochain, je suis motivé pour partir au Motocultor en Bretagne, au Metaldays en Slovénie, les Eurockéennes, retourner au Sziget en Hongrie, Rock en Seine… Si vous voulez en discuter passez sur mon site www.ghrenassia.com ou mon Twitter @WorldOfTwinsen ou mon Instagram @TheWorldOfTwinsen.

Autre marque qui m’a accompagnée sur ce festival : Sennheiser. Peu avant mon départ pour le festival j’ai reçu un colis spécial festival préparé par la marque incluant un totebag, un brumisateur, une barre de céréales, un gel hydro alcoolique, un bandana et surtout : deux jeux de protections auditives (MERCI BEAUCOUP !) et les écouteurs Momentum Free wireless car après tout quoi de mieux qu’un festival de musique pour écouter encore plus de musique ? Merci à l’ami Julien pour ce portage fort plaisant ! Là aussi si une marque du même acabis souhaite m’accompagner sur d’autres festivals / concerts, je suis dispo !

Jour 2

Après un réveil sous une tente caniculaire, j’ai embarqué ma chaise Décathlon pour me poser sous un arbre et lire des BD. Etant aussi blogueur BD, j’ai une énorme liste de BD en attente de lecture, donc j’en ai profité pour réduire cette attente. En fond, un batteur se déchainait dans la X cage du camping en proposant de la noise
Vendredi 3 août, le festival commençait réellemment et seuls ceux qui disposaient d’un bracelet pouvaient entrer cette fois-ci. De ce fait la moyenne d’âge des festivaliers a soudainement doublé et tournait aux alentours des 30-35 ans je dirais. A noter cependant la présence d’un mec qui devait avoir 65-70 ans et qui était dans tous les pits, je sais pas comment il faisait sans déconner.
Avec la chaleur qu’il faisait, je n’ai que très rarement assisté entièrement aux concerts et surtout ceux de 16h00.
Côté prog, la liste est là
Une journée généreuse en concerts qui alternaient entre scène outdoor et indoor pour n’avoir quasiment aucune interruption. Je retiens en tout premier la prestation de The Adicts (et leur rencontre après en tout petit comité en mode détente totale !). J’ai une pensée pour
mon amie Magali qui est une grande fan du groupe et qui aurait dû m’accompagner sur ce festival mais malheureusement les circonstances ont fait que ça n’a pas pu être le cas. Le chanteur a délivré une performance délirante et loufoque qui m’a donné le sourire tout du long. Ils ont mis un sacré bordel aussi dans la fosse entre confettis, cartes à jouer, ballons géants et bandelettes de papier géantes. Un véritable show !
Je retiens aussi les français de Rise of the Northstar avec leur délire japonais scénique assez cool.

Ce vendredi j’ai également beaucoup aimé la prestation des frenchies de Pogo Car Crash Control (mention spéciale à la petite Lola à la basse qui a fait vibrer mon petit coeur).

La suite ici

Leave a Reply