Actu, Culture, Musique, Report Culture

Wave Gotik Treffen 2017 @ Leipzig

19 juin 2017

Il y a une quinzaine de jours je rentrais à Paris de Leipzig en Allemagne où j’avais passé près d’une semaine au Wave-Gotik-Treffen Festival (WGT). Comme son nom l’indique il s’agit d’un festival gothique dont j’avais annoncé la chose ici : WGT 2017.

Le festival prenait part du 2 au 5 juin. Mais pour ma part je suis venu le 1er juin pour planter ma tente et faire les présoirées. Et je suis reparti le 6 juin parce que ça finissait dans la nuit du 5 au 6 juin donc difficile de partir avant. Depuis Paris il faut pas être pressé par contre : 7h30 si le train n’est pas en panne. 8h30 si il est en panne :'( :'( :'( :'(

Je n’avais pas méga préparé mon voyage (pas du tout) aussi je pense que je n’avais pas saisi à quel point particulièrement sur ce festival, il faut vraiment tout préparer si on veut assister aux concerts de son choix. Oubliez les espaces de 4km² avec 3 ou 4 scènes. Ici c’est TOUTE LA VILLE de Leipzig qui est mobilisée. Grands lieux culturels, bars, salles de concerts, musées, salles de spectacle et un peu de plein air : durant une semaine, tous les lieux culturels sont propriété du WGT. Cet aspect-là fait que vous allez forcément râter des concerts car comme à Paris ou autre métropole, il vous faudra prendre les transports en commun (surtout le tramway et le bus) pour aller de salle en salle. Ainsi comme beaucoup de festivaliers au final vous ne changerez pas vraiment de lieu au cours de la journée. Quand vous commencerez un show dans une salle vous y resterez jusqu’à sa fermeture à minuit environ. Chaque salle a une ambiance particulière et les concerts qui la composent également.

Si par exemple vous étiez plutôt sur un espace neofolk, vous aurez de la neofolk et assimilé toute la journée dans la salle. Enfin journée = 15-00h.

J’aimerais signaler que je ne parle pas un seul mot d’allemand et ça m’a BEAUCOUP fait chier. Je pensais le WGT être un festival international étant donné sa notoriété dans le milieu : il n’en est rien. C’est un festival purement allemand qui attire les étrangers. RIEN n’est fait pour aider les non germanophones. Le programme est en allemand et les indications de stations de tramway, bus aussi. Les bars et restaurants présents sur le site principal qui accueille le camping : idem zéro menu en anglais. C’est ultra dérangeant. Et évidemment le staff ne parle pas anglais.

Du fait que tous les concerts prennent place dans des lieux différents, on se fait fouiller à chaque fois à l’entrée des salles et certaines règles vraiment obscures m’ont exaspéré. Si vous avez une bouteille d’eau/autre vide/pleine : vous devez la jeter. Si vous avez une canette vide : vous devez la jeter. Pour information l’Allemagne a un système de recyclage/consigne qui fait qu’en gros : on paie plein pot nos canettes et bouteilles et quand on les rend à peu près partout dans le pays, on nous rembourse un peu. Compter 25cts par canette par exemple. Autant à la limite je conçois qu’on me confisque ma bouteille d’eau (même si putain elle est vide), autant les canettes là ça dépasse l’entendement. Pour un festival qui se passe en saison quasi estivale, je trouve ça ahurissant de se voir confisquer sa bouteille d’eau. Cependant ça a fait le bonheur des sans-abris qui campaient devant les poubelles à l’entrée du festival pour faire le plein de bouteilles et canettes vides qu’ils revendront direct après sur le marché légal.

Concernant le plan qui nous est remis, certains éléments étaient introuvables sur la map. L’explication ? C’est tellement collé au camping qu’on l’a pas indiqué. C’est ainsi que je découvre l’existence d’un immense marché médiéval derrière le camp. J’en reparle plus bas. Voilà c’était ma parenthèse coup de gueule. Encore que je rajouterais bien l’absence totale de prise électrique pour que les festivaliers puissent recharger leurs mobiles. Un box « recharge ton mobile pour x € » serait bien utile. J’ai donc usé de mon privilège de journaliste pour pouvoir charger le mien à l’espace presse et sinon je me pluggais dans les salles de concerts tout simplement donc toujours avec mon alimentation sur moi dans le sac à dos.

Parlons un peu des lieux de toutes ces joyeusetés. En gros y en a trois/quatre.

Au sud de la ville, bien au sud : l’Agra (arrêt de tramway Dolitz ligne 11, 11E et 31). C’est LE quartier général. Il comporte le camping des festivaliers, un hangar salle de concert, un café salle de concert le soir, une arrière salle de concert le soir et surtout un immense marché gothique idem dans un hangar. On y retrouve évidemment des bars et points de restauration.

Le coeur de la ville : il comporte pléthores de salles de concerts et lieux de spectacle.

Les lieux excentrés comme le Volkspalast. Ce genre de lieu est tellement éloigné que quand vous y serez vous ne quitterez pas la salle avant la fin des concerts.

Le quartier médiéval. Celui-ci se trouve à l’arrière du camping ou une station de tramway plus haut vers le coeur de la ville. On y retrouve un immense marché médiéval et des concerts orientés médiéval ou autres.

Ce sont plus de 50 lieux qu’exploite le festival, autant vous dire qu’il est IM-PO-SSIBLE de tout voir. Notre bracelet nous donne aussi accès à des musées et spectacles mais j’avoue ne pas y avoir pris part. Manque d’organisation toussa toussa.

Une fois que vous avez lu tout ça, vous comprenez pourquoi mon premier jour de festival a été en mode « ouais okay je suis perdu de ouf ». Et que par la suite j’ai quand même tenté de programmer un peu mieux la chose pour maximiser mes concerts. Cependant pour m’aider à sortir de ma confusion j’ai fait la connaissance d’un groupe d’amis lorrains qui m’ont aidé à comprendre ce festival et son fonctionnement. Les lorrains si vous me lisez, bisous à vous.

Ouais d’ailleurs les concerts, c’est pour ça qu’on est venu après tout, donc parlons-en. J’avais deux souhaits de concert que je ne voulais absolument pas râter : les espagnols de Der Blaue Reiter et les Grecs (mais qui vivent à Londres) de Daemonia Nymphe. Hormis ça j’avais pas grand chose de méga important à visionner et mon projet était davantage de me laisser porter par le flow et voir.

Der Blaue Reiter se tenait justement au Volkspalast mentionné plus haut, un lieu quand même très beau il faut le reconnaître. De peur de pas me retrouver, je suis parti super tôt et j’ai donc attendu (beaucoup) devant la salle avec mes bières mais c’est pas grave. Sur place j’ai eu droit à un chaud en deça de mes espérances. Davantage habitué à une voix anglaise impeccable sur les albums, j’avais ici droit à la voix anglaise du chanteur à l’accent espagnol bien présent. Cependant je ne regrette pas le show.

Par la suite j’ai enchaîné tous les concerts de la salle pour finir sur Ordo Rosarius Equilibrio qui a fait salle comble. J’en profite pour glisser une anecode fascinante. La salle était vraiment pleine à craquer, devant moi se trouvait une jeune fille entourée de deux jeunes hommes tout deux une main sous la jupe de madame. Quand soudain ça roule une pelle à gauche, puis à droite. Ouais okay donc ça lâche des préliminaires dans la fosse, d’accord. C’est rigolo les trouples (les couples de trois personnes).

Le lendemain (le samedi), mon objectif était de faire le concert de Daemonia Nymphe. Je parcours donc la map pour tenter de trouver le lieu de ce fameux event : sans succès. Je finis par comprendre que c’est derrière le camping et prends donc la température des lieux. Sur place c’est vraiment incroyable de voir une telle communauté médiévale, fascinant. Je suis intrigué par ce bain de groupe. En y retournant le lendemain, je m’aperçois qu’en fait ce sont des amis de tous sexes qui sont tous A POIL dans ce bain chaud et picolent ensemble en plein milieu du festival sous une tente. Narmol.

Comme tout bon festival, si on ne prend pas une averse sur la gueule c’est pas drôle et c’est ce qui s’est passé ce samedi et dans la nuit de vendredi à samedi transformant le camping en bonne grosse mare. Daemonia Nymphe devant jouer sur l’une des rares scènes de plein air (la seule ?), l’appréhension était totale. Finalement le miracle de Noël (le 3 juin oui et alors ?) a coupé la pluie juste avant leur show et durant toute la durée de leur prestation ! Daemonia Nymphe c’est déjà du putain de son de dingue inspirée de la grèce antique et de ses instruments d’époque mais surtout en live c’est une expérience visuelle à part entière. Je ne sais pas quelle danseuse ils avaient avec eux cette fois-ci mais celle-ci nous en a mis plein la vue comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous.

Pour survivre dans cette jungle, je ne peux que MEGA BEAUCOUP CHAUDEMENT vous recommander de télécharger l’application non officielle WGT Guide qui est en anglais. Sans ça, je pense que j’aurais été pas mal en PLS.

Au sein de la zone de camping, une zone de douches est disponible et il faudra compter 1.5€ par douche. J’ai toujours eu de l’eau chaude et c’est quand même méga propre, par contre les cabines sont méga exigues.

Autre concert réalisé : celui de She Past Away qui proposait une chouette musique post punk.

Le dimanche, je voulais voir les russes de Moon Far Away qui jouaient dans un lieu qui m’était inconnu. En arrivant sur place, je me retrouve dans un lieu méga classe avec tapis rouge et tout et une très belle salle de spectacle. Confortablement assis, cela me change de ma tente ou de la fosse. A l’extérieur la pluie est diluvienne, autant vous dire que j’étais plutôt très heureux de me rendre là-bas. Moon Far Away jouait tard le soir, mais je voulais découvrir le reste et c’est ce que j’ai fait. J’ai donc pu découvrir la magnifique danoise de Myrkur qui m’a bien bluffé.

Le lundi après-midi alors que je claquais une sieste sous ma tente, un mégaphone fait sonner l’alarme en continue. Habitué aux blagues de camping, je me dis que c’est juste un rigolo qui fait chier le camping mais m’aperçois tout de même que ça commence à pleuvoir sa race. Je finis par sortir rapidement et voir le mec au mégaphone : un staff allemand qui parle très mal anglais et qui en gros m’indique « sauvez votre vie, quittez le camping, un orage approche ». Bon la prochaine fois en anglais, c’est bien aussi. Je finis par atterrir trempé jusqu’à la moelle dans un tramway pour rejoindre la même salle de spectacle que la veille où j’ai pu me réchauffer et me sécher et y apprécier entre autres la performance des français de Les fragments de la nuit et ça tuait grave.

Mardi 6 juin, jour du départ et des 7h30 de train entre leipzig et Paris (qui se sont transformées en 8h30). Je m’arrête dans un starbucks et le marché de l’Augustusplatz pour me restaurer. Ils ont des bonnes pâtisseries dans ce pays mine de rien.

wave gotik treffen 2017 guillaume ghrenassia (318) wave gotik treffen 2017 guillaume ghrenassia (319)

En conclusion, j’ai passé un bon moment au WGT mais il faut une organisation militaire pour le faire, les rencontres sont du coup assez difficiles car tout le monde n’aime pas les mêmes styles et les lieux étant particulièrement éloignés les uns des autres il est difficile de se dire « on se voit à tel endroit tout à l’heure ». Tous les genres gothiques sont représentés et donc il y aura forcément quelque chose pour vous plaire et vu l’architecture du festival, vous serez obligés de découvrir des choses qui vous sont inconnues et parfois cela pourra être la bonne surprise. Les gros points noirs sont l’absence totale de langue anglaise et de prises électriques au sein du camping à part la dame qui tient les douches. Un second article est en cours de rédaction présentant un peu plus le public du WGT.

<3 Angie pour l’accred

4 Comments

  1. Les incroyables tenues du public du Wave-Gotik-Treffen (WGT) Festival 2017 - Manege Culturel

    19 juin 2017 at 12 h 22 min

    […] n’en ai pas du tout parlé dans le premier article à propos du WGT parce que je trouvais que ça méritait un article dédié mais vous allez voir que le public du […]

  2. Kooalia Reznikoff

    31 juillet 2017 at 16 h 17 min

    Bon reportage, vous avez mitraillé juste 🙂
    Belles photos en plus!

    Après si c’est la premier fois, vu l’immensité de la choses la sensation d’être paumé, voir tétanisé comme des lapins sous les phares pour certains^^. C’est tout à fait normal, on a tous eu notre 1er WGT. La deuxième fois on maîtrise beaucoup mieux, et ensuite ça roule tout seul, combien même en se laissant porter par le « mouve », tout roule 🙂

Leave a Reply