Actu, Report Sport, Sport, Voile

Suivez de près le second round Gitana autour de la planète…

10 janvier 2021

10 JANVIER 2021

Avec la précision d’un métronome c’est à 2 heures 33 minutes et 46 secondes que le Maxi Edmond de Rothschild s’est élancé ce dimanche 10 janvier sur une nouvelle tentative de record du Trophée Jules Verne. Par un vent de nord-est d’une vingtaine de nœuds et dans une mer maniable, les six marins ont laissé l’île de Ouessant par son travers et salué une dernière fois le Créac’h, phare emblématique de ce passage de ligne. Partis de leur base lorientaise quelques heures auparavant, juste avant le coucher du soleil, Franck Cammas, Charles Caudrelier, Morgan Lagravière, David Boileau, Yann Riou et Erwan Israël ont dû patienter quelques heures au large pour ajuster au mieux leur créneau de départ; un timing millimétré savamment calculé avec leur routeur météo à terre Marcel van Triest, véritable 7ème homme du bord. Car dans un record comme le Trophée Jules Verne chaque minute compte! Il faut dire qu’avec leur chrono de 40 jours 23 heures et 30 minutes, Francis Joyon et l’équipage d’Idec Sport ont placé la barre très haut. Pour battre le record et devenir le 10e équipage à inscrire son nom à ce monument de la course au large, les hommes du Maxi Edmond de Rothschild devront être de retour au large de la pointe bretonne avant le 20 février à 2 heures 3 minutes et 15 secondes. D’ici là, près de 22000 milles nautiques se présentent devant les étraves et une aventure planétaire à hautes vitesses les attend.

crédit photo : Yann Riou | Polaryse

L’équipage du Maxi Edmond de Rothschild a déjà avalé le golfe de Gascogne et déborde ce dimanche après-midi la pointe nord-ouest de l’Espagne et le très connu et redouté cap Finisterre. Comme prévu, le flux Nord-Est a forci tout au long de la nuit et souffle actuellement au-delà des 30 nœuds avec une mer qui s’est formée. Les six marins du Gitana Team ont dû pas mal manœuvrer pour adapter la voilure et leur trajectoire. Mais ces conditions toniques n’ont pas empêché Franck Cammas, Charles Caudrelier et leurs équipiers de prendre leurs marques et de rentrer pleinement dans la course de fond qui s’ouvre devant les étraves de leur géant de 32 mètres.

« Nous devons être à plus de 30 nœuds de moyenne sur la descente… Ça va vite avec ces bateaux. Mais notre première nuit a été plutôt calme après un super départ du ponton hier à Lorient, sous le soleil et avec nos proches. Il y a eu du vent mais une mer relativement organisée qui nous a permis de prendre nos quarts et de rentrer dans notre rythme », Charles Caudrelier – co-skipper

Poursuivant sa route à vive allure, le Maxi Edmond de Rothschild gagne rapidement vers le Sud. Charles Caudrelier imaginait encore 24 heures musclées mais promet déjà une amélioration rapide. Une motivation supplémentaire pour les six marins qui savent pertinemment que dans les prochaines heures, les températures vont considérablement grimper à bord du maxi-trimaran volant pour leur offrir des conditions de navigation bien plus clémentes vers les alizés de l’hémisphère Nord.

Leave a Reply