_Actu

Que le son soit bon…

5 février 2021

Tu te souviens quand Friedrich Nietzsche disait  » La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil. » ? Et bien, oui, c’est une véritable une vie sans musique. Et donc voici une jolie playlist de saison. Tu te souviens du délice de se délecter d’une bonne musique? De douces mélodies venant titiller nos oreilles ? Allez, bonne écoute!

Eliott Jane – A la vie, à la mort

Enfant sauvage et révoltée, Eliott Jane, de son vrai prénom Jeanne, grandit dans le centre ville de Lyon dans les années 90. Elle découvrira ainsi différents courants musicaux au gré de ses flirts, comme la britpop, la new-wave, l’electro-pop, le punk-rock, ou encore le grunge. En 2009, Jeanne réussit le concours d’entrée de l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne, et en ressort la 1ère femme de France diplômée d’Etat en chant “Rock”. Une musicalité actuelle sans rappeler la désinvolture d’un certain Baxter Dury, déclarant ainsi son amour à la liberté…

Tamar Aphek – Russian Winter 

Durant l’écriture et l’enregistrement de son nouvel album, Tamar Aphek s’est trouvée fascinée par l’idée de combiner des styles et des musicalités qu’elles ne retrouvait chez les autres artistes. « Je voulais rajouter une certaine rythmique que je n’entendais pas dans le rock n roll », explique-t-elle. «  Je voulais écrire une chanson qui sonnait comme Johnny Cash, tout en y incorporant la folie de la batterie de Max Roach ou des rythmiques éthiopiennes. Trouver l’excitation d’une chanson indie entrainante, tout en ressentant l’étrange nonchalance du reggae. »

Desmond Myers – Real Man

À travers « Real Man », Desmond Myers évoque la difficulté pour certains jeunes hommes de construire leur propre identité dans des environnements où l’expression de la masculinité doit être affirmée coûte que coûte.Il met ainsi en garde ceux qui sous-estiment leurs pulsions les moins saines – le plus souvent aux dépens de femmes, à l’instar des terribles violences conjugales. Le refrain de la chanson : « I’m a real man, you could never know me, even if you tried… » nous donne un aperçu des ténèbres qui bouillonnent à l’intérieur de cet homme.

Rawb – Come Along

Né à la Réunion, Rawb a grandi dans un vivier artistique et musical métissé. Cette culture tropicale, combinée avec un goût prononcé pour les musiques jamaïcaines et le hip-hop aura forgé son identité : un reggae moderne chanté en anglais, qui valide une recette étonnante empreinte de fraîcheur et de maturité. Avec son beatmaker et DJ Trka, dans leur labo parisien, ils façonnent un reggae moderne dans la lignée des Français Jahneration, Naâman et Biga*Ranx. « Come Along » est une invitation, un billet gratuit pour un embarquement musical immédiat proposé par Rawb et son beatmaker Trka. La destination ? Un univers ensoleillé, la chaleur d’un hymne reggae au service de la fraîcheur d’un positivisme assumé et si précieux ces temps-ci.

Korin F. – Bye Bye Baby Lou

Avec une atmosphère dansante et aérienne, « Bye Bye Baby Lou » raconte l’histoire d’un départ. C’est un voyage entre deux corps qui s’éloignent et qui gardent l’espoir de se retrouver un jour. Au fil du récit, l’être cher semble se manifester partout dans le décor : quand un être aimé nous manque, le monde en prend sa forme. Grâce à la force des illustrations signées Camille Chauve, les KORIN F. nous dévoilent une fois de plus une vision propice à l’aventure.

Icare Vertigo : Ma place pour Mars

Le sextet pop rock rennais Icare Vertigo, formé par les musiciens du groupe Calico (depuis 2003), dévoile un second extrait serein et optimiste de son 1er album produit par Bruno Green (Matmatah, Detroit). A travers « Ma place pour Mars », Icare Vertigo explore ce qu’il veut transmettre aux générations futures plutôt que viser la lune. Le sextet laisse volontiers sa place pour Mars : les pieds ancrés dans le sol et l’horizon comme ligne d’arrivée.

Dombrance – Live Biden

Cela fait maintenant un peu plus de deux ans que Dombrance a lâché sa première bombe electro disco « Raffarin », c’était juste avant son passage aux Trans Musicales de Rennes de 2018. Depuis il nous a gratifié de plusieurs titres tout aussi exquis avec « Taubira », « Giscard d’Estaing », « Fillon » ou encore « Poutou » et ses remixes sortis en juin dernier. Le 22 janvier, son nouvel EP spécial Etats-Unis « Make America Dance Again » est sorti avec au programme : Biden, AOC (Alexandria Ocasio-Cortez), Obama, Trump et Kanye West.

Tout a commencé avec ces accords de piano et ce groove lancinant. Je me suis tout de suite dit que l’ambiance correspondrait bien à Joe Biden. Puis rapidement je me suis mis à entendre ces thèmes de Saxophone dans ma tête tout en me disant que c’était l’instrument parfait pour représenter un vieux démocrate Américain.  J’ai donc appelé Adrien Soleiman et en deux heures c’était plié en une prise magique.

Le résultat correspond à ma vision de Biden. Entre l’espoir de voir disparaitre Donald Trump et le désespoir de voir un parti démocrate incapable de prendre des risques en misant sur un vieux cheval de retour. Et puis je trouve que ce morceau correspond à l’ambiance actuelle qui n’est pas vraiment à la fête ni à la danse. On ne sait pas si on est à la veille de jours meilleurs ou de l’apocalypse. On attend inquiet mais l’espoir est quand même là. Toujours.

Alban Claudin – It’s a Long Way to Happiness

Un moment hors du temps mis en musique par Alban Claudin, mêlant la grâce et l »agressivité du piano à la dureté de la rue. A travers ce clip il a voulu dévoiler deux messages, le premier est philosophique puisqu’il traite du bonheur, que celui-ci ne s’attrape pas facilement mais qu’il se construit et s’acquiert avec l’effort. Le second est politique, car en ces temps de crise, le contact entre l’artiste et son public est quasi-inexistant! Il faut d’un côté se battre pour l’accès aux arts tandis que de l’autre côté, l’art – qui ne demande qu’à s’exprimer, est relégué très loin dans le classement des priorités…. C’est un combat sans cesse!

Bon Entendeur vs Tina Charles – I Love To Love

Il est minuit. La nuit ouvre ses portes des boîtes de nuit. Bon Entendeur revisite I Love To You de la grande Tina Charles, et nous invite à célébrer la culture club au côté d’Anaïde Rozam! Un hommage euphorique au monde de la fête, actuellement à l’arrêt depuis presqu’un an, imaginé par Bon Entendeur, réalisé par Alexandre Brisa et introduit par Antoine de Caunes. 2 jours de tournage au Metropolis et à l’Alegra produit par MYND / WANDA. Non…la fête n’est pas finie!

Still Corners – White Sands

Comme la bande son d’un d’un film noir, White Sands dépeint une sinistre histoire, celle d’un fantôme parcourant les routes du désert, rôdant dans les dunes à la recherche d’âmes esseulées de voyageurs perdus dans l’immensité du désert. La voix de Tessa Murray se balade sur un beat galopant, accompagné par une guitare sans artifice, étincelante, atmosphérique.

Dominique Fils-Aimé – While We Wait

Récompensée du Prix Juno de l’Album de Jazz Vocal 2020, la chanteuse soul/jazz canadienne Dominique Fils-Aimé dévoile un second extrait de son album Three Little Words à paraître le 12 février 2021. Nourissant des harmonies chaleureuses du style doo-wop des années 50′ dans While We Wait, elle a su rendre son oeuvre très aboutie.

Fickle Friends – IRL

« IRL »c’est le genre de morceau à l’énergie alt-pop euphorique qui invite à l’évasion en balayant d’un revers de main la morosité ambiante. Comme l’explique la chanteuse Natti Shiner, cette vidéo a été inspirée par ses amis pour qui le confinement a rendu les rencontres via les applications, plus incertaines que jamais. Filmé au moment de la levée des restrictions, il montre les quatre membres du groupe se réjouissant d’être à nouveau ensemble, dans une performance exubérante.

Nîm – Hideway

L’un à Nîmes et l’autre à Paris, le duo Nîm s’attelle depuis 2014 à créer un cocktail frappé d’electro-pop à la conquête de l’univers. Entre cigales et klaxons, compositions oniriques et refrains dansants, on célèbre avec eux la vie, la ville et l’évasion. Un an après la sortie de leur dernier EP « Eponîm », le duo revient avec un nouveau clip épique et magistral: « Hideaway ».

 

Amoranno – Bateau ⛴

D’emblée on est frappé par le charisme de ce jeune auteur interprète nourri autant de productions rap qu’habité par les textes de la chanson française. Depuis quelques mois, le jeune prodige dévoile des premiers titres sur les réseaux sociaux. C’est maintenant avec le single Bateau qu’il dévoile son premier single officiel.
A la fois dense et sans artifices, le clip de Bateau est à l’image d’Amoranno qui en a assuré la réalisation avec l’équipe constituée depuis ses premiers pas en autoproduction (Djof Design et Zonz Prod).

The Volunteered Slaves – ASTRONAEF

Les Volunteered Slaves reviennent avec un cinquième opus, une ode à l’espace. Le disque appelé SpaceShipOne est prévu pour le mois de septembre 2021. Le premier single Astronaef nous installe derrière le hublot d’un vaisseau le temps d’une séquence contemplative et hallucinée. Ce morceau, à la fois planant et groovy, sonne comme une pulsation de l’âme. Il nous emmène sur une planète où règne une musique aux influences multiples. les Volunteered Slaves poursuivent leur explorations musicales, colorant le jazz de funk, d’afro et désormais d’électro. Leur nom, emprunté au thème « Volunteered Slavery » de Roland Kirk, donne le ton. Epris de liberté, ils cherchent une musique qui nous mélange et qui mélange les styles, les cultures, les générations, les genres… 

Chai – Action

Depuis leur apparition en 2018, CHAI nous transmet une joie communicative. Le groupe japonais composé des jumelles MANA (chant et claviers) et KANA (guitare), ainsi que de YUNA à la batterie et YUUKI à la basse s’est fait connaitre avec ses textes étranges et intelligents, sa musicalité, ses tenues extravagantes et leurs chorégraphies délicieuses. Au coeur de leur musique on trouve une volonté de déconstruire les normes de beauté et de mignonnerie qui peuvent être oppressantes au Japon. 

Lewis Evans – King of The Jingle

King of the Jingle raconte les déboires d’un musicien courant après le succès. Le clip a été réalisé par Jonathan Perrut, au cours d’une vaste tournée des bars : 3 villes, 13 bars, 250 km ont été nécessaire à la fabrication de cette vidéo. King of the Jingle est une pure folie, une douceur unique, avec une voix qui nous emporte dans un univers séduisant. Un morceau dynamique, avec des chœurs qui viennent intensifier la voix, et qui permet à la mélodie de marquer le tempo. Comme un remède au spleen, Lewis Evans nous fait un bien fou en ces temps moroses…

April On Mars – Natural

April On Mars, c’est la fusion de l’électro française et d’un univers scandinave. L’idée d’un projet musical alliant synthétiseurs et refrains pop est née un jour de printemps 2019 à Paris entre deux membres aux univers différents ayant trouvé un terrain d’entente dans leur admiration pour les artistes tels que Radiohead, Moby ou Aphex Twin. Symbiose harmonique entre le chant, les arpégiateurs et les échos de guitare, l’auditeur saisit alors ce qu’est April On Mars.

Casablanca Drivers – 205 502 

Les Casablanca Drivers ont sorti en fin d’année leur album tant attendu Super Adventure Club.  Après At Carmelo’s, Get Better, et Obayaya le groupe nous présente en clip un nouvel extrait de ses aventures sonores débridées avec le single 205 502. Encore une fois, l’imagination débordante rivalise d’humour et de décontraction pour accoucher d’un clip aussi smart que funky.
Dans 205 502, un dénommé Roger, vampire squattant les bars jusqu’a l’aurore, tente de regagner son hôtel en bonne compagnie mais malheureusement son amour pour l’alcool et autres substances psychédélique vont lui faire oublier le numéro de sa chambre. L’hôtel va quant à lui peu a peu devenir le théâtre de choses incroyables… 
Les Casablanca Drivers ont finalement livré la recette complète pour concocter ce cocktail : une pincée de Benicio del Toro, 2H30 du matin dans un Hôtel de Las Vegas, secouez, 205 502 est prêt à être dégusté.

Accrophone – On cherche plus on trouve

Le retour d’Accrophone ! L’instant d’un single, l’iconique duo hip-hop refait surface afin d’offrir une chanson qui saura donner le sourire en ce début d’année 2021. Les paroles et la musique de « On cherche plus on trouve  » sont assurées par les deux membres du groupe : Eman et Claude Bégin. Le clip rassemble plusieurs images d’archives des deux amis de longue date !

José – Beyond Doubt

Si on connaissait jusqu’à présent ses penchants rock (avec son groupe Stuck In The Sound) et ses récentes incursions au pays de la pop, c’est aujourd’hui dans le giron des musiques électroniques que JOSE R.FONTAO déboule sans crier gare ! BEYOND DOUBT, c’est un parcours initiatique, de l’enfance à l’âge adulte, poussé par une détermination sans faille et la volonté de surmonter les instants de doute. Clin d’œil à ses origines portugaises, le vidéoclip réalisé par David Fontao, nous embarque dans l’histoire rocambolesque d’une boite de sardine récalcitrante à l’ouverture impossible ! Mais c’est sans compter sur l’obstination inébranlable de JOSÉ et de ses compagnons de route !

The Reds, Pinks & Purples – Don’t Ever Pray In The Church On My Street

The Reds, Pinks and Purples est le fruit d’une des nombreuses vies musicales du musicien Glenn Donaldson, un projet qui relate le quotidien d’un compositeur boulimique de San Francisco à travers un prisme résolument pop. Intitulé Uncommon Weather, le troisième album de la formation californienne dresse le portrait de cette ville de plus en plus hostile pour les musiciens et les artistes, en une collection de treize morceaux, treize trésors intemporels de pop DIY dont Don’t Ever Pray In The Church On My Street.

Tin – Heroes in a Frame

Heroes in a Frame évoque Depeche Mode, Chromatics, et Human League. Sa musique décrit les joies et les peines de coeurs de sa vie nocturne, sur fond de synthétiseurs analogiques, de boîtes à rythmes et de guitare électrique – un moment suspendu entre les années 80 et un futur incertain… Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Tin est aussi une Dj accomplie qui se produit à Paris lors de Fashion Weeks et un peu partout dans le monde.

Namoro – Echos

Namoro, duo composé de Bili Bellegarde (Madame Arthur) et de Mascare, compose une musique hybride à la frontière de la performance proche de Yelle, Meryl et Sexy Sushi. Une rencontre entre poésie et musique électronique où les textes marqués par Alain Bashung, Eddy de Pretto, Audre Lorde et Monique Wittig se mêlent à des rythmes saturés pour tenter de se frayer un chemin de traverse. Une ode rageuse à l’amour et à toutes celles qui comme Colette Magny, Casey, entre autres, les portent.

Leave a Reply