Actu, Sport, Voile

Point Météo de la Transat Jacques Vabre

27 octobre 2019

A l’heure où je vous parle, le bassin Paul Vatine s’est totalement vidé de ses bateaux, en route pour la ligne de départ face au Cap de la Hève. Aujourd’hui, à 13h15, les 59 duos s’élanceront dans des conditions très maniables, cap d’abord sur Etretat avant de gagner le large plein ouest.

LE HAVRE, FRANCE – OCTOBER 26: Skippers are attending the compulsory start’s briefing during pre-start of the Transat Jacques Vabre 2019, duo sailing race from Le Havre, France, to Salvador de Bahia, Brazil, on October 26, 2019 in Le Havre, France. (Photo by Jean-Louis Carli/Alea)

10 à 15 nœuds Nord-Est, temps clair, les conditions météo du départ de cette 14è édition de la Route du Café sont clémentes – a contrario de la précédente édition. Le puissant anticyclone placé sur le Nord des îles Britanniques canalise en effet un bon flux de nord-est sur la Manche. Avant d’en profiter pour foncer vers l’ouest, il faudra tirer quelques bords vers le nord entre la ligne de départ et la bouée spectacle Région Normandie, mouillée au pied des falaises d’Etretat. 16 milles de mise en jambe qui pourraient prendre pas mal de temps, selon certains skippers. Les grandes voiles de portant ne sortiront donc des soutes qu’en fin d’après-midi de dimanche pour un premier bord tout droit vers la pointe du Cotentin que la tête de flotte devrait passer en début de nuit.

Si la sortie de la Manche s’annonce rapide au portant avec une hausse de vent. Plusieurs changements de voiles de portant et empannages sont à prévoir, manœuvres les plus consommatrices d’énergie pour les binômes qui vont connaître leurs premières suées sous les combinaisons sèches. Les premiers choix cornéliens attendent les marins au large d’Ouessant lundi matin, puisqu’une grande dépression stationnaire barre la route des alizés. Faut-il gagner au sud ou la contourner par l’ouest ?

« En Manche, les 24 premières heures vont être clémentes, c’est déjà pas mal » – Fabien Delahaye, skipper Leyton

La situation météo actuelle sur l’Atlantique n’est pas classique et pour cause. Alors qu’habituellement les dépressions arrivent par les Etats-Unis et viennent finir leur route sur l’Europe, en ce moment il en est tout autre. Une énorme dépression stationnaire s’installe sur l’Atlantique, ce qui n’arrange en rien les duos. Se situant à l’Ouest des Açores, elle génère du vend de Sud-Ouest. 

« A l’accoutumée on se faufile sous l’anticyclone des Açores pour retrouver du portant dans les alizés. C’est un peu déroutant et les modèles ne nous aident pas vraiment car ils ne sont pas d’accords entre eux. C’est le bazar quoi ! » Nicolas Lunven, PRB

Mais face à une telle situation quels choix s’offrent aux marins ? 3 routes sont jouables, mais quelle serait la meilleure tactique ?

-Première option : Extrême Nord, vers le Fastnet pour contourner le système dépresionnaire au portant avec grosse mer et gros vent – qui obligerait de faire beaucoup de route dans des conditions excessivement musclées, pouvant faire courir de nombreux risques pour le bateau et les hommes. 

-Seconde option : longer les côtes du Portugal pour se faufiler sous le petit anticyclone de Gibraltar et des Canaries. Les conditions de mer seraient plus clémentes que la première option, mais celui-ci n’est pas simple à traverser puisqu’il faut slalomer entre les îles.

-Troisième option : aller chercher la dépression des Açores en partie. La route est plus longue que l’option précédente et sans réelle prise de risques.

La route classique, le long des côtes portugaises et africaines pourrait bien attirer le gros des troupes. Une option à l’intérieur de laquelle, il peut d’ailleurs subsister beaucoup de jeu et des décalages marqués pour attraper le premier l’alizé… Une fois aux latitudes plus ensoleillées, il restera plus de la moitié des 4 350 milles à couvrir et pas forcément les plus simples : grains, passage du Pot au Noir, alizés de l’hémisphère Sud à encaisser, la route est longue vers Salvador de Bahia. Le premier duo à entrer dans la Baie de tous les saints aura sans doute pris des risques mais aussi bien soupesé leurs conséquences. 

Vocabulaires liés à la météo et au bateau

Polaires : vitesse théorique du bateau pour un angle et une force de vent donnés. Les polaires mesurées par des outils informatiques sont propres à chaque bateau

Select : réglages du bateau pour atteindre la vitesse optimale de la polaire (quelles voiles, quels ballasts, quel angle de quille, quelle configuration de foils ?)

Tableaux de vagues : ils renseignent la hauteur, la direction et la fréquence des vagues

Perte à la manœuvre : prise en compte de la perte et du risque potentiel si la route nécessite beaucoup de manœuvres. Généralement la perte choisie est plus importante que la perte réelle.

Leave a Reply