Actu, Coup de Coeur, Culture, Musique

Let’s go vers la Bamboche…!

16 mars 2021

Ah la bamboche, Castex a remis au goût du jour ce mot quelque peu vieillot, désuet, mais les politiques en tout genre ont le don de caser du vocabulaire ancien tels des influenceurs de la langue française. Ceux qui suivent créent l’actualité du moment et n’ont pas besoin de remettre au goût du jour des mots non utilisés car leurs verbes suffisent à mettre en exergue leur art!

Samuel STROUK « Proxima Centauri »

Artiste prolifique et compositeur vagabond, Samuel Strouk ne cesse d’explorer de nouveaux horizons. Après avoir navigué entre les cordes chaleureuses du gipsy-jazz (avec le Caravan Quartet), les percussions ensoleillées des musiques cubaines (sur le disque CarHabana) et dans les sons hybrides des musiques écrites et improvisées  (avec ses frères d’âmes Vincent Peirani et Diego Imbert),  c’est aujourd’hui dans une contrée encore jamais visitée que l’artiste nous entraine.

Un voyage dans un entre-deux mondes qui fait cohabiter les modes de jeu de la musique classique, contemporaine et du jazz. Un nouveau territoire où l’écriture fait face à l’improvisation, où solfège et tradition orale se tutoient avec harmonie et où un certain académisme valse avec un soi-disant anarchisme.

The Hyènes – Efface

Tout a commencé en 2006 sous l’impulsion d’Albert Dupontel. Réunis pour composer la bande originale de son film Enfermés Dehors, Jean Paul Roy, Denis Barthe (Noir Désir), Vincent Bosler (Very Small Orchestra) et Olivier Mathios, se sont alors trouvé bien d’autres points communs. THE HYENES était né !

Efface se révèle comme une balade punk-rock des plus subtiles. Le chant du cœur d’un homme bouleversé par les fantômes de son passé. Effacer les souvenirs pour oublier la douleur, tel est le leitmotiv de ce morceau.

World’s First Cinema – Red Run Cold

World’s First Cinema s’est formé en 2019, lorsque Fil Thorpe, membre fondateur de Neck Deep, le groupe de rock aux multiples récompenses et qui s’est également hissé à la deuxième place du classement des albums américains, a choisi de quitter son groupe pour poursuivre une carrière dans la production. Maintenant installé à Los Angeles, il a rencontré John Sinclair, également connu sous le nom de Saint Claire, qui a précédemment collaboré avec Macklemore sur son single « Excavate » de 2017.                                   

Le concept derrière World’s First Cinema a toujours été de créer quelque chose de plus qu’un simple album pop « jetable ».  Alors qu’ils font toujours parti du paysage musical actuel, ils souhaitent créer des voyages audacieux et cinématographiques les présentant comme des aventuriers de la musique, en se débarrassant des attentes et des conventions au profit de récits bien tournés et d’une excentricité d’inspiration Victorienne.

Zaabriskie – To The Beat

Duo électronique et planant, Zaabriskie est une machine musicale sophistiquée qui incite au voyage. Après une rencontre fondatrice sur un plateau de tournage, Vincent et Hugo débutent leur histoire commune en 2018. Depuis leurs home studios respectifs, refuges de leurs expérimentations sonores, ils développent une musique électronique en s’appuyant sur une vaste collection de synthétiseurs modulaires et autres machines analogiques.
Tirant son nom du chef d’œuvre d’Antonioni, ainsi que du lieu emblématique de la Death Valley, Zaabriskie s’est né d’un désir commun de créer un univers planant et cinématographique.

FYRS – The Swirl Of Love

Le nantais FYRS dévoile le single et le clip de « The Swirl Of love », le premier extrait de l’EP « Lost Healing »  ! Dans ce clip, FYRS propose une illustration fidèle du sentiment amoureux, dévoilant une part d’intimité, sensible et insouciante. Mettant en scène une relation prenant racine dans l’enfance, il traite ainsi de cette sensation si surprenante de connaître celui ou celle que l’on aime depuis toujours. Retombant sur de vieux souvenirs, témoins de leur relation, les deux protagonistes abandonnent alors leurs problèmes d’adultes pour retourner, le temps d’un instant, dans le monde qu’ils s’étaient inventé enfants. Ils échappent alors à un présent marqué par la perte de l’innocence et de leur imaginaire enfantin. La réalité et la fiction se voient alors entremêlées, laissant à chacun la liberté d’y entrevoir ce qu’il désire.

Aaron – I wanna dance with somebody

Débarassé de ses synthés et boîtes à rythmes, le classique de Merrill & Rubicam – écrit pour Whitney Houston  » I wanna dance with Somebody (who loves me) » – se transforme avec Aaron en chanson de survie, pure et essentielle.

« Notre envie de prendre une personne dans nos bras, de ressentir sa chaleur et de danser avec elle ne cesse de grandir à mesure que notre isolement forcé se prolonge. Nous avons enregistré cette chanson pour partager ce sentiment universel. »

Deap Vally – High Horse (feat. KT Tunstall & Peaches)

Après Look Away, 1er extrait aux accents pop en featuring avec Jennylee, le duo californien composé de Lindsey Troy (à la basse) et de Julie Edwards (à la batterie) opère un retour aux sources et dégaine ce qu’il sait faire de mieux : un son percutant, des basses vrombissantes et un refrain fiévreux. En résumé, du rock, du vrai.

Pour ce nouvel extrait, le tandem brouille les pistes en invitant – non pas une, mais deux artistes au parcours exemplaire – à savoir la multi-instrumentiste écossaise KT Tunstall et la grande prêtresse du glam-rock Peaches. Voilà qui devrait faire des étincelles !

Nico Ortiz – Africa Mon Amie

Nico Ortiz est un dj producteur français de Genève. Il combine ses activités de Dj en étant directeur général de Pop Plage Annecy, directeur artistique du DJ résident du festival XNV de Radio + Genève, les voiles, le rooftop 42 et de nombreux autres endroits à Genève.

Lors d’un voyage en Afrique, il avait envie de se lancer dans un nouveau projet en afro-house avec des amis … Le voyage musical est réussi, non ?

Rawb – New Day feat. Faya Pyd

Né à la Réunion, Rawb nous apporte sa vibe métissée à la croisée des musiques jamaïcaines et du hip hop. Une recette étonnante de modernité, de fraicheur et de maturité. Après le single entêtant « Come Along » – présent dans notre dernière playlist, Rawb invite son pote MC Faya Pyd sur « New Day » avec toujours autant d’énergie et de fraîcheur.

« New Day » est un bol d’air. Composé en plein confinement, il est plus que jamais d’actualité. Perdu par la tournure que prennent les événements, Rawb nous décrit sa volonté de ne pas se laisser abattre, de se servir de la moindre petite force créatrice pour continuer d’avancer dans ce brouillard !

KLEM – Ditch

Un vent de fraîcheur souffle dans la Cité des Ducs. Auteure, compositrice, interprète, la Nantaise Klem H a déjà un beau parcours musical auprès des groupes Inüit, Grand Yellow ou encore Isla. 

En nous partageant ses nouveaux morceaux, Klem H part à la recherche de ses semblables, livrant des textes empreints d’amour, de liberté, de peurs et d’obsessions, sur une électro-pop hypnotisante qu’elle a produite elle-même, durant le confinement, dans la chambre qui l’a vue grandir.

Tample – Glory

Tample ne se plie pas docilement à un cahier des charges. Pop en mille-feuilles, mouvante, sombre, dansante. Les velléités de cette musique sont multiples, elles jouent à saute-mouton avec le passé et présent, culbutent liesse et spleen. Mais il y a une constante et une loyauté sans faille chez ce groupe. Celle d’ériger la mélodie au rang de patronne : fédératrice, altière, mordante.

Tample s’exprime à sa manière tout en honorant les formations qu’il vénère. C’est WhoMadeWho qui fait des câlins à Isaac Delusion, Hot Chip qui embrasse Jungle, Parcels qui dresse une accolade à New Order. C’est aussi la collision de la tension à angles variables et de l’efficacité, du dance-floor et de l’after. Nostalgie en mouvement, moderne, pleine de souplesse, jamais écrasante, disponible pour imposer sa fraîcheur. Les éléments vintage reçoivent ici l’hospitalité des sonorités électroniques, la sensualité débraillée se fond dans une quête de la beauté diaphane.

Omar Khorshid – Hebbina Hebbina

Wewantsounds est heureux d’annoncer la réédition de l’album instrumental culte d’Omar Khorshid,With Love, sorti en 1978 sur le label « La Voix du Liban ». L’album met en lumière le ‘twang’ de guitare électrique de Khorshid sur des mélodies arabes et des arrangements modernes comprenant le son des tous premiers synthétiseurs. Cette série de rééditions de musique arabe est supervisée par Mario Choueiry de l’Institut du Monde Arabe à Paris. L’album a été récemment remasterisé et ressort avec sa pochette originale.

Suite aux troubles politiques qui surviennent en Égypte au début des années 70, Khorshid décide de s’installer au Liban en 1973 et commence à enregistrer sous son propre nom pour plusieurs labels de Beyrouth. En 1977, il est invité par le président égyptien Anwar El-Sadat à se produire à la Maison Blanche pour la célébration du traité de paix de Camp David entre Egypte et Israël. En 1978, Khorshid s’expatrie de nouveau – en Syrie cette fois – pendant environ un an avant de retourner en l’Égypte, pour se concentrer sur ses concerts et sa carrière cinématographique naissante. Malheureusement, l’ascension de Khorshid est interrompue en plein essor et il décède tragiquement dans un accident de moto en mai 1981 à seulement 36 ans.

Beach Youth – A Changed Man

Beach Youth dévoile le clip de « A Changed Man », le nouvel extrait de l’album « POSTCARD » qui sortira en avril prochain. Pour la première Postcard Vidéo, c’est du Pôle Sud que leur sont venues des images. Quelle meilleure destination que le bout du monde pour illustrer une chanson qui parle d’isolement affectif ? Filmées en 2008, les images sont le récit de l’expédition en Antarctique du marin Pierre Louvard et du photographe Xavier Boscher, deux normands qui se sont rencontrés à Ushuaïa (Patagonie). Le duo, accompagné de Siegfried Baldzuhn (vidéaste), est parti sur les traces d’un troisième normand, Louis Gain. Naturaliste de l’expédition de Jean-Baptiste Charcot sur le Pourquoi-Pas, en 1908, il en a ramené des documents exceptionnels documentant le sixième continent. Pôle Sensible, l’aventure de 2008, s’est construite en écho à ce projet : un témoignage esthétique et écologique, 100 ans plus tard. Jamais diffusées, les images de Pôle Sensible sont ici montées par Adrien Melchior et mises en musique par… Les normands de Beach Youth. La boucle est bouclée. Les scènes de navigation difficile et de solitude enneigée répondent harmonieusement aux paroles introspectives, sans oublier le jeu d’acteur époustouflant d’une cinquantaine de manchots, qui auraient pu passer le casting de La Marche de l’Empereur ! 

Busta Flex & X-Men – Number One

Considéré comme un des meilleurs freestylers français, Busta Flex s’est inspiré des plus grands, comme Busta Rhymes ou Redman, pour façonner un rap qui allie technique et efficacité. On se souvient d’ailleurs du gros succès rencontré avec Zoxea, sur le titre « C’est nous les reustas » !

Après « #EnTeam », Busta Flex sort son EP « C Pas Sérieux », accompagné du clip « Number One » feat X-men. Quoi de mieux qu’un gros son boombap pour réaffirmer sa place de numéro un ? Car en terme de HipHop, Busta Flex est incontestablement un des tauliers français du genre. Le clip « Number one » en est une autre preuve en image et en punchlines !

Kristel – My Man

Intro minimale, lignes de basse vibrantes et riffs de guitare rock… Un cocktail explosif qui donne le ton pour ce premier single extrait du prochain mini-album « Take It Easy ». Avec des collaborations nouvelles telles que celle d’Adam Clayton -U2- qui va les conseiller tout au long du mix et des arrangements, ainsi qu’avec Gregory F. musicien d’Iggy Pop (album Free) et de Leron Thomas qui vient poser quelques lignes de basse et de guitare.

Blackmail – Guinée-Bissau 

Le troisième album du groupe français Blackmail s’ouvre avec la boucle de piano minimale du titre « Une production américaine » et un texte en forme de pied de nez qui savoure le tragique des dernières années écoulées. Une entrée en mode vrai / faux, qui sert de point de départ à cette chronique d’un monde qui marche à l’envers. Un album-vision avec fenêtre sur un quotidien urbain post-apocalyptique, la rencontre fortuite de « Tchao Pantin » et de « 28 jours plus tard ». La crise c’est graphique, ce n’est donc pas un hasard si on retrouve chez Blackmail des influences d’artistes issus de villes qui ont souffert en leur temps de la dépression

Il tourne un riff de synthé sous l’influence du LFO de Mark Bell, producteur originaire de Leeds. Cet amour pour la scène early techno on le doit peut-être au passé de Stéphane Bodin et François Marché, tous deux fondateurs du groupe électronique Bosco à la fin des années 90.

KOMOREBI – Nos yeux (chapitre 1 – l’attraction)

Lauréates des iNOUïS du Printemps de Bourges en 2019, du dispositif Variations de FGO-Barbara et du dispositif d’accompagnement des Eurockéennes (Opération Iceberg), Claire et Clara ont arpenté les scènes françaises et pris le temps de peaufiner leur poésie électronique.Elles nous ouvrent maintenant les portes de leur aventure discographique avec « Nos Yeux », premier chapitre de leur EP.

Ce premier extrait de leur EP s’accompagne d’un clip écrit, filmé et réalisé par le duo. « Nos Yeux » nous invite à une douce et captivante déambulation dans leur ville, Besançon, à travers leur regard contemplatif.

CHAI – チョコチップかもね/Maybe Chocolate Chips

Depuis leur apparition en 2018, CHAI nous transmet une joie communicative. Le groupe japonais composé des jumelles MANA (chant et claviers) et KANA (guitare), ainsi que de YUNA à la batterie et YUUKI à la basse s’est fait connaitre avec ses textes étranges et intelligents, sa musicalité, ses tenues extravagantes et leurs chorégraphies délicieuses. Au coeur de leur musique on trouve une volonté de déconstruire les normes de beauté et de mignonneries qui peuvent être oppressantes au Japon. 

Peet – Out

Peet est un beatmaker et rappeur bruxellois. À seulement 28 ans, il compte déjà à son actif trois albums avec son groupe déjanté ‘Le 77’, trois EP solo et de belles collaborations avec Blu Samu, Zwangere Guy, Morgan et Roméo Elvis. Peet compose, produit, écrit et interprète ses propres morceaux dans son studio à Bruxelles.

Part-Time Friends – Paris en août

Part-Time Friends nous dévoile un nouvel extrait de son troisième album Weddings & Funerals, attendu pour le 19 mars 2021 sur leur label Un Plan Simple.Après Même Si, Sacrifice, et 2AM, le duo pop sort Paris en août, un titre que l’on peut déjà retrouver en playlist sur RTL2. »Paris en août n’est pas une chanson sur Paris au mois d’août », expliquent Florent et Pauline. « Ceci est une allégorie naïve du sentiment que l’on ressent quand on trouve le ou la bonne personne. Quand la ville se vide de son monde, sous un soleil radieux, et que le quotidien s’en retrouve sublime et sublimé. »Avec ce nouveau single, Part-Time Friends offre une chanson pop en français, dansante et très « feel good », qui respire la liberté. Paris en août apporte une fraîcheur vivifiante en ces moments difficiles, et accompagne avec douceur et légèreté l’arrivée des beaux jours.

LUHA – Call You Back 

« Londres, 2017. C’est de l’autre côté de la Manche que prennent vie les premières expérimentations de la musicienne originaire de Saint-Nazaire. Après deux ans de collocations obscures dans l’est Londonien, Léa aka LUHA prend un billet sans retour et s’installe en banlieue parisienne. 

C’est finalement dans son petit studio parisien que naissent les premières démos. Mais il faudra attendre l’annonce de guerre du président pour finaliser le premier EP. Un départ en trombe pour éviter un confinement solitaire. Léa se retrouve finalement à squatter le salon d’amis bien généreux. Et c’est sur le canapé de la formation de pop psychédélique Coral Pink, qu’elle décide de poser son sac de couchage. Déracinement, incertitudes et rêveries amoureuses : LUHA signe 4 titres contemplatifs qui vous donneraient envie de rester enfermés jusqu’en hiver. 

Ponta Preta – I Wanna Know

Ponta Preta réunit 5 amis autour d’un amour commun pour la musique de la côte Ouest Américaine. Le son du groupe combine les harmonies et la fraîcheur de la pop californienne, l’atmosphère cosmique des groupes psychédéliques australiens, et l’énergie brute du garage sixties.

On peut sentir la chaleur du soleil, sans pour autant choper une insolation. Les paroles révèlent une nouvelle maturité, réflexions d’un groupe qui grandit ensemble grâce à ses expériences sur la route et en studio. Tits Up est à la fois la bande sonore parfaite pour une sieste d’après-midi ou pour une heure de route dans le désert de Tabernas. Les Lyonnais documentent dans une musique entêtante et ensoleillée, leurs souvenirs de road trips au bord de l’océan avec le premier single de l’album ‘I Wanna Know’.

Leave a Reply