Actu, Culture, Musique

La technologie Huawei offre la fin de la symphonie inachevée de Schubert

18 mars 2019

L’objectif chez Huawei, est de connecter, grâce au numérique, les populations, les maisons et les organisations du monde entier. Pour cela, ils conçoivent des innovations utiles à même d’avoir un impact positif au quotidien grâce à la puissance de l’Intelligence Artificielle et du génie humain. L’an passé, leur Intelligence Artificielle a permis de conduire, traduire le chant des baleines à bosse en chanson d’amour et à parler la langue des signes avec StorySign, et ainsi contribuer à changer le quotidien d’enfants sourds. Pour leur tout dernier projet, ils voulaient montrer l’impact positif de la technologie sur la culture. Ont-ils réussi…? Les puristes diront qu’il est impossible de suivre le génie de Schubert, pour d’autres les l’IA est capable à de telle prouesse. Septique au départ, je me suis laissée séduire par le fait de faire vivre une musique multi-ancestrale.

Il s’agit de la collaboration la plus audacieuse et créative de l’histoire : finir la célèbre symphonie inachevée n°8 de Schubert, avec l’aide de la puissance de l’Intelligence Artificielle. Ils ont mis leur Intelligence Artificielle au défi de finir cette œuvre aussi emblématique qu’intrigante, restée inachevée depuis près de 200 ans. 

Quelques infos sur cette symphonie…

Cette 8e symphonie que l’on surnomme la Symphonie Inachevée, Franz Schubert la débute le 30 octobre 1822, il a 25 ans, il ne va jamais la terminer !

C’est une composition pour grand orchestre, très souvent écrite en 4 parties, mais l’oeuvre de Schubert contient 2 parties, 2 mouvements. Schubert était très malade cette année 1822 et l’on pense que c’est la raison pour laquelle il n’a jamais terminé sa 8e Symphonie. Schubert meurt à 31 ans, en 1828. Celle-ci a été découverte quelques années après la mort du compositeur en 1865.

Une association osée entre l’intelligence artificielle et le génie de Lucas Cantor

Cette prouesse n’aurait pu être accomplie sans l’association de l’innovation technologique de l’IA de Huawei et de l’expertise humaine, celle du compositeur primé d’un Emmy Awards, Lucas Cantor. Le challenge ? Arranger une partition orchestrale de la symphonie générée par le Mate 20 Pro, pour qu’elle puisse être jouée lors d’un concert.

« Cette prouesse montre que la technologie ouvre le champ des possibles et qu’elle peut avoir un impact très positif sur la culture moderne. » — Lucas Cantor, compositeur

Leave a Reply