A l'Ouest, Actu, Sport, Voile

Imoca, en route vers la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne

16 juin 2020

Toutes les écuries Imoca ont les yeux rivés vers ce prologue du Vendée Globe et pour certains, ce sera leur ticket d’entrée pour cette course mythique. La Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne, première épreuve sportive post-confinement porte un message optimiste et joyeux. La plupart des marins n’ayant pas navigué depuis plusieurs mois, tous sont pressés de reprendre la mer, ainsi que l’exploration maritime et l’exploration de soi.

Une course inédite à la sortie du confinement

Cette épreuve courte permettra aux skippers d’éprouver leur bateau récemment sorti de chantier et, pour certains, de se qualifier pour le Vendée Globe. Un véritable ‘échauffement’ mental et technique pour tester ses limites, roder les bateaux, valider les dernières modifications, se mettre dans l’esprit du Vendée Globe et s’y qualifier.

© Yvan Zedda / Défi Azimut 2019

Une course sans ponton!

Situation inédite pour la course au large, aucune agitation au ponton pour cette course! Bien évidemment, tout est mis en œuvre pour protéger les skippers et l’équipe organisatrice s’adapte au contexte sanitaire. Il n’y aura pas de village de départ sur place, ni d’accueil de public. Les marins sont invités à se rendre directement sur la ligne de départ depuis leur port d’attache, après avoir été testé en amont afin de s’assurer de leur bonne santé. Le dispositif d’arrivée pourrait être plus souple si la situation le permet mais, pour l’heure, le principe de précaution impose un scénario strict et une organisation centrée sur le sportif, la sécurité et une communication 100% digitale.

Ulysse Nardin, Chronométreur officiel de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne

En novembre 2019, Ulysse Nardin annonçait qu’elle s’associait à la course en solitaire la plus rigoureuse, au défi le plus héroïque qui soit, le tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance : le Vendée Globe.

Dans l’esprit qui l’unit aux explorateurs et aux aventuriers intrépides de ce monde, Ulysse Nardin fait phosphorer aujourd’hui son partenariat avec l’Everest des mers en devenant le Chronométreur officiel d’une grande première : la Vendée-Arctique-Les-Sables d’Olonne (départ le 4 juillet), dernière course hauturière avant le Vendée Globe. Cap au Nord !

Cette course véhiculera naturellement des valeurs chères à la Manufacture horlogère : la nature, le dépassement de soi et l’exploration. Tout comme le Vendée Globe, la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne ne s’adresse pas à ceux qui doutent. C’est une compétition réservée aux marins qui pensent être capables de repousser leurs limites, d’affronter leurs peurs et la force incroyable de la nature afin de terminer une aventure épique, leur propre Odyssée.

À travers leur partenariat, la Classe IMOCA et Ulysse Nardin ont décidé de donner une dimension supplémentaire à cette aventure dans le grand nord en créant le Challenge Ulysse Nardin : une course dans la course pour célébrer le 1er de ces skippers-aventuriers qui passera le Waypoint COI-UNESCO (62°N-25°W). Tout un symbole pour une marque horlogère née des instruments de navigation nautique. Le premier à franchir cette étape recevra son talisman Ulysse Nardin, une DIVER 44mm bleue, un appel à l’aventure attaché au poignet. 

« Ulysse véhicule des images et surtout des histoires qui ont irrigué toute la culture occidentale. Ce personnage est vieux de plus de 2000 ans, dans les textes d’Homère, dans l’Illiade, puis dans l’Odyssée. Il est en bateau. Il traverse en mer les plus incroyables aventures. Le chant des sirènes… le cyclope… Ulysse est ingénieux, rusé, d’une brillante intelligence. Il pense plus vite et plus loin que les autres. C’est un aventurier. Il sait patienter, il sait persévérer, il est courageux, il découvre et explore. Ces hommes au départ de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne, incarnent les valeurs d’Ulysse Nardin, le courage, la témérité, l’aventure et l’abnégation. Ils sont eux aussi des Ulysses, » raconte Patrick Pruniaux, CEO d’Ulysse Nardin.

Côté skippers, les entrainements s’enchaînent!

L’objectif est maintenant pour les 22 skippers inscrits, d’être prêts pour le départ de la course, le 4 Juillet. Les tests de jauge, contrôle de sécurité  et 48h de navigation en solo seront les dernières formalités à accomplir. Il est temps de fiabiliser le bateau, d’être rodés pour les manoeuvres en solo, de voir si les chantiers d’hiver ont été bénéfiques…

https://www.instagram.com/tv/CApo0Q1gSUT/?utm_source=ig_web_copy_link
https://www.instagram.com/tv/CBVNHumAfZ_/
View this post on Instagram

I love being near or on the ocean and have spent well over 1000 days at sea over the past decade. Every day is different out there and full of surprises. If I had to pick one among all the many impressions I would say the Albatrosses that glide so effortless over the sea – that’s probably what I am looking forward to the most during the 70-80 days I will spend this winter racing the @vendeeglobe2020 around the world. Oceans make life possible on earth. Every second breath we take is oxygen they produce. They mitigate climate change. They take up most of our man-made CO2. But they won’t do it for long in the same manner. They get warmer. And warmer water can take less CO2. They get more acid and cannot host any longer many of the ecosystems that feed us. The challenge is on: to innovate, to change, to make better use of the power of nature while burning less fossil fuels, in short: to get on a path of sustainable development. A first step can be to grow stuff that absorbs CO2 from the atmosphere all over the planet and help induce sustainable development in poor countries at the same time: trees, mangroves, renaturation… change agriculture to become a carbon sink rather then being an emitter. Climate change – I believe – is the biggest threat for the oceans and we are in a race against time to stop it. I wish my sailing trip around the globe at the end of this year could bring the oceans and ocean science closer into your living room and inspire you: No fossil fuel-driven vessel could make it around the globe non-stop like we do. See how fast we can travel with just the power of the wind, and how far we can go…! #worldoceansday #seaexplorer #aracewemustwin #myoceanchallenge #sustainablefuture #netzerocarbon #sailing #foiling #offshoresailing @team_malizia @imocaglobeseries Drone 📽: @whsailing

A post shared by Boris Herrmann (@borisherrmannracing) on

Leave a Reply