Actu, Coup de Coeur, Culture, Expo, Festival/Concert, Litterature, On s'engage, Tourisme

En Avril, Portraits de Villes s’installe à Hyères

3 mars 2018

Portraits de Villes s’associe au 33e Festival International de Mode, de Photographie et d’Accessoires de mode à Hyères. Un partenariat qui permet, chaque année, au lauréat du Grand Prix de la Photographie d’intégrer la collection Portraits de Villes, réalisée par les éditions be-poles. Rendez-vous dans le sud du 26 au 30 Avril 2018…

La collaboration avec Daragh Soden, lauréat 2017 et membre du jury de l’édition 2018, débute avec un livre sur Toulon. Cette nouvelle saison sonnera également le retour de la 4L Portraits de Villes x Cafés Richard. Ce sera l’occasion pour tous les festivaliers de découvrir la collection dans son intégralité et d’apprécier le regard de chaque artiste invité sur une cité. Cette librairie itinérante a pour vocation de déambuler dans toute la France et de stationner au cœur de lieux culturels incontournables et d’espaces de vie fédérateurs. Elle sera présente à la Villa Noailles du 26 au 30 avril 2018.

 

Le TOULON de Daragh Soden sur papier…

Salué pour ses photos sur la jeunesse dublinoise, Daragh Soden explore essentiellement les thèmes de l’identité et du multiculturalisme. Toulon, ville auparavant inconnue du jeune artiste irlandais est pourtant la destination choisie par le photographe -et aussi jouxtant la ville d’Hyères. Il a découvert une cité « normale », particulièrement vivante et il a décidé d’en raconter l’histoire.
Dès les premières pages, l’artiste nous plonge dans un univers de lumières. Du Faron au Cap Brun en passant par l’anse Méjean, Daragh Soden raconte les chroniques d’une vie ordinaire. Celles d’une ville multiculturelle où les habitants s’approprient les lieux. Lors des trois séjours effectués sur place, il a rencontré de jeunes immigrés, des militaires, des Toulonnais de longue date et des marins en transit. La vie émane de toute part de ses photos, dans la joie, le sérieux et la lassitude. La rade, cette étrange beauté d’une cité maritime, cet espace militarisé interdit au public, rythme la cité portuaire.

Daragh a pénétré dans l’enceinte de haute sécurité pour y shooter l’autre vie de Toulon, celle que l’on imagine austère, celle des militaires. Et pourtant, le soleil enveloppe chaque équipage de ses ors scintillants. Un commandant prend la pose, le quartier-maître sourit et le matelot est au garde à vous. Le pont se teinte d’or et met en lumière différentes trames invisibles lorsque le soleil est à son zénith. Une lumière bienveillante et douce sublime les sujets, les inscrit dans l’éternité.
À la sortie du port, la sensation des grands espaces, l’impression de mobilité et de transition, sont immédiates. Route, rail, remorque, train, bateau, abris-bus, navire, porte-avion, parking, voiture, scooter… On ne reste pas à Toulon, c’est un lieu de passage ! Les marins voguent vers de nouvelles missions, la rade n’est qu’une escale. Les motards qui sillonnent les tortueuses routes du Var font une halte baignade. Les touristes et leurs luxueuses berlines partiront à la fin de l’été. Toulon reste, Toulon change. Toulon renaît à chaque golden hour!

www.portraitsdevilles.fr

1 Comment

  1. click resources

    9 mai 2018 at 4 h 02 min

    I just want to tell you that I’m all new to blogging and truly liked you’re website. Almost certainly I’m going to bookmark your website . You really come with superb articles and reviews. Kudos for revealing your webpage.

Leave a Reply