Actu, Bons Plans, Culture, Expo

Côté expo, ça bouge à Marseille…

3 mai 2018
Cinq ans après être devenue Capitale Européenne de la Culture, la cité phocéenne est une nouvelle fois, l’une des places fortes française pour défendre l’art avec un grand A. Après être devenu capitale du sport en 2017, Marseille remet l’art plastique au coeur de sa problématique, et ce 2 ans avant l’arrivée de Manifesta en 2020. Voici quelques exemples d’expo immanquables si vous traversez cette magnifique ville du bassin méditerranéen…

Une icône du graffiti à la Ghost Galerie

A l’honneur pour cette exposition inaugurale, les oeuvres du style master général Dondi White », père fondateur du « DONDISM ». Aux côtés des oeuvres du maître de la bombre aérosol, 3 photographes de renom participent à cette exposition afin de rendre hommage à leur ami : Marta Cooper, Henry Chalfant & Sophie Brambly. Véritable expo-musée, où règne confidentialité et proximité, le public comme les collectionneurs pourront découvrir plus de 40 oeuvres réunies provenant de toute l’Europe, une première depuis sa disparition il y a 20 ans cette année.

Ghost Gallery, jusqu’au 10 mai

 

A quoi tu rêves – Marie Darrieussecq et Arnaud Cathrine créent à quatre mains pour les musées de Provence

Du 22 mai au 31 aout 2018, six musées d’Aix-en-Provence et de Marseille proposent un parcours littéraire et amoureux : À quoi tu rêves. À l’initiative du Mucem, cette œuvre coproduite rassemble le musée Regards de Provence, le musée d’histoire de Marseille, le musée des Beaux-Arts de Marseille, le Château Borély – musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode et la Fondation Vasarely, autour d’une création inédite, à la fois récit d’œuvres exposées et exposition d’un récit.
Pour traiter du thème de l’amour dans leurs collections, les conservateurs ont invité les écrivains Marie Darrieussecq et Arnaud Cathrine à sélectionner une pièce par musée pour la création d’une série de nouvelles. Écrites à quatre mains, elles posent sur chaque œuvre un regard résolument autre, teinté de fantasme. Exposés durant 3 mois aux côtés de leur sujet, les récits ouvrent un dialogue avec le visiteur et nous interrogent sur notre propre rapport à l’art comme source de sentiment, de rêverie.
Si ce parcours muséal souhaite tisser des liens entre les différents acteurs culturels de Provence, il confirme également l’ambition des musées provençaux de travailler sur des programmations partagées. À quoi tu rêves s’inscrit depuis son origine dans la programmation de MP2018 « Quel amour ! » et bénéficie des soutiens de l’association Des Livres comme des Idées pour la création littéraire et de Provence Tourisme pour la mise en tourisme du projet.

Du 22 mai au 31 août

 

Du Ciel…

Cette exposition est une rencontre du ciel, c’est à dire une rêverie en même temps qu’une pensée politique non explicite. Le climat, les phénomènes de vaporisation, de condensation, de changements d’états sont chantés sur ces dessins. Ce n’est ni tempétueux, ni rapide, ni oppressant, mais plutôt calme, tendre et surtout très lent, infiniment lent et infiniment proche, incantatoire. Jean Luc Brisson, paysagiste, artiste, plasticien auteur passionné de jardins, professeur à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage, Directeur du département arts plastiques de l’École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, rédacteur en chef des Carnets du Paysage en 2002 (Actes Sud), auteur de nombreux ouvrages entre poésie et théorie, souvent plein de dessins, il vit et travaille, d’un bout à l’autre de la Durance, entre les Alpes de Haute-Provence et Marseille.

La Friche La belle de Mai, du 9 juin au 19 août

 

Probabilité : 0.33

0.33 comme 1 chance sur 3 de réussir sa vie de couple – proposera de multiples séries de travaux : non documentaires, autobiographiques, humoristiques et volontairement décalés. Elle offrira au public une vision éclectique des relations amoureuses à travers le médium photographique. L’exposition mettra en regard des photographies vernaculaires issues des collections du musée Nicéphore Niépce et le travail d’artistes contemporains évoquant les rapports amoureux. Des travaux de Romain Mader, Virginie Marnat, JH Engström, Elina Brotherus, François Burgun, Tiane Doan Na Champassak, Thomas Mailaender, Jenny Rova, Mac Adams, Jean-Luc Moulène et Delphine Balley y seront notamment présentés. “Probabilité : 0.33” rassemblera des oeuvres sur la base d’une narration en plusieurs chapitres, à l’image des étapes d’une histoire d’amour qui terminerait mal…

R5, du 9 juin au 29 juillet

1 Comment

  1. explanation

    9 mai 2018 at 2 h 17 min

    I just want to tell you that I am just beginner to blogging and seriously loved you’re web-site. Very likely I’m going to bookmark your site . You really have really good articles. Thanks a lot for revealing your blog.

Leave a Reply